SOS OXALIS

Publié le par Alain

 

 

Il y a quelques années, j’avais prêté mon potager, trop pris par mes obligations professionnelles. En arrivant en retraite, voyant qu’il était retourné à la friche, je l’ai repris.

Plein de courage, je l’ai défriché (un travail de romain sur mille mètres carrés avec des herbes d’un mètre de haut, des bâches plastiques, des morceaux de ferraille et j’en passe), labouré, semé en moutarde en fin d’été. L’année dernière, après un labour de printemps pour enfouir l’engrais vert et une bonne couche de vieux fumier que j’avais mis de côté en prévision, j’ai commencé à planter et à semer. Au début, tout s’est bien passé. Puis vers le mois de mai, j’ai vu apparaître une plante que je ne connaissais pas (pourtant j’ai été maraîcher pendant quinze ans et les mauvaises herbes j’en ai vu beaucoup !)

 

DSC02902.JPG

 

Ca ressemblait à du trèfle et pourtant c’était bien différent. Au premier sarclage, je me suis aperçu qu’au bout des racines, il y avait une toute petite boule rouge. Et puis ensuite, la boule a donné d’autres boules et c’est par touffes que la plante mystérieuse envahissait mes plates bandes. En juin, je suis parti en vacances et en rentrant tout était recouvert d’un tapis vert uniforme d’où émergeait à peine la cime des haricots.

 

DSC02906.JPG

 

Alors, je me suis documenté et sur internet j’ai appris que mon ennemie portait le joli nom d’oxalis. De vieux paysans m’ont confirmé qu’on l’avait déjà rencontrée dans des terres nouvellement défichée et qu’on l’appelle en breton trichin logod (l’oseille des souris) ce qui est moins poétique mais correspond bien à son goût acide. Tout le monde s’accordait pour dire qu’elle est terriblement envahissante et difficile à éradiquer. J’ai passé tout l’été à arracher sans grande victoire. Quinze jours après, on était revenu à la case départ.

 

DSC02907.JPG

 

 

L'oxalis semble sensible à la rouille, mais y survit quand même et peut-être même contribue à la propager.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette année, aidé de Maryvonne, bêcheuse émérite, nous avons passé chaque centimètre carré « à la pince à épiler » en pure perte. Nous avons récolté des poubelles entières de bulbes et trois semaines après, le secteur était à nouveau envahi.

 

DSC02914

 

DSC02909.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC02911

 

 Un seul bulbe perdu et c'est dix plants qui surgissent !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis mauvais joueur, j’ai horreur de perdre ! Mais là, je pense franchement que cette plante triche. Avoir une telle capacité d’envahissement, ce n’est pas du jeu. Ca me fait penser aux films d’horreur, Allien, la bête qu’on croyait avoir trucidée, telle l’Hydre de la mythologie, ressuscite encore plus menaçante. De quoi en faire des cauchemars la nuit après avoir passé la journée à extraire ces horribles bulbes en forme de pieuvre.

 

DSC02912.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De remèdes, il n’y en a guère . Les solutions chimiques ne semblent pas efficaces et de toutes façons sont un remède pire que le mal au potager. J’ai découvert sur internet des recettes miraculeuses ( l’eau bouillante qui a servi à cuire les patates  et autres fariboles!) Sur mille mètres carrés, c’est mission impossible. Il reste qu’on ne voit jamais d’oxalis dans les pelouses. Je vais donc tenter de semer du gazon à l’automne prochain et en tondant le plus souvent possible attendre que le monstre périsse.

 

DSC02913.JPG

 

En attendant, j’arrache simplement les tiges à pleine poignées pour pouvoir récolter mes légumes et complètement dégoutté je ne sème plus rien.

 

 

L’année prochaine, je déménage. J’ai un potager à créer à Kervouroc, je vais commencer plus tôt que prévu  en espérant que l'infection ne se propage pas jusque là.

 

Est-ce que quelqu'un connait une solution efficace ?

Publié dans potager

Commenter cet article

soleillune - mon jardin couleur 25/07/2011 10:15



Bonjour et merci de rentrer dans la communauté fleurs et jardins :-) L'oxalis, je connais! Heureusement je n'en ai qu'un seul pied dans mon jardin, que nous arrivons à limiter avec désherbant sur
les feuilles qui apparaissent.. Je sais ce n'est pas très écolo, mais impossible de s'en débarasser sinon.. Je connais un jardinier dans les Pyrénées qui en a plein son jardin depuis une
vingtaine d'années. Et plus on arrache les bulbes, plus il se développe!



7jardins 25/07/2011 18:41



J'ai trouvé une solution provisoire en arrachant seulement les tiges. Ca laisse quinze jours de tranquilité et ça va assez vite. Pour la solution chimique, je ne suis pas intégriste, mais surtout
pas dans le potager ! J'en ai un peu parmi les rosiers. J'ai fait des essais limités avec ma panoplie du petit chimiste dans un coin : fiasco total avec le roundup, idem avec le débroussaillant.
Qu'as tu utilisé?



Magali 21/07/2011 22:40


Désolée pour toi, c'est un fléau vert en effet. Alors tu baisses les bras si j'ai bien compris.


7jardins 25/07/2011 18:23



Je ne baisse pas les bras, j'effectue un retrait statégique. En fait, j'ai beaucoup trop de surface à gérer.


Cordialement