rencontres au Sénégal

Publié le par 7jardins

 

c27

Nous avons eu la chance d'être hébergés dans des familles au sein de villages isolés. C'est une expérience qui nous a marqués à jamais. C'était notre premier voyage en Afrique sub-saharienne.Nous arrivions avec l'image reflétée par les médias: misère, bidonvilles et insécurité. Pour ce qui est des villes que nous avons rapidement traversées, il est certain que le spectacle n'est pas réjouissant : égouts à ciel ouvert, rues boueuses couvertes d'ordures, surpopulation, mendicité et tôles rouillées.

A la campagne (ici on dit en brousse), c'est un tout autre spectacle.Nous avons trouvé des paysans vivant en communautés solidaires, fiers de leur mode de vie. Quelque part dans l'intérieur du Siné-Saloun (je serais bien en peine de dire où, le camion qui nous conduisait ayant roulé pendant des heures sur des pistes poussiereuses au milieu de nulle part) nous avons été adoptés par une famille déjà très nombreuse.

 

 

 

Madeleine, la mère et une de ses filles

d42

 

Le père,

d34

 

deux des fils

 

DSC06558.jpg

 

le maçon, venu construire une nouvelle case et hébergé dans la famille avec sa femme et ses enfants pendant le temps du chantier.

 

DSC06564.JPG

 

Quant aux enfants qui circulent librement d'un enclos familial à l'autre, il est bien difficile de savoir à qui ils sont.

 

DSC06537.JPG

 

DSC06579.JPG

 

La récolte de mil a été bonne. Il y encore de l'eau aux puits en plein coeur de la saison sêche. Les hommes s'occupent à de petits travaux d'entretien et à l'arrosage des jardins. Les femmes, elles, sont au travail dès l'aube. Après le chant du coq, c'est le bruit des pilons qui réveille le village.Piler le mil, tirer de l'eau au puits, écosser l'arachide, mille tâches quotidiennes s'accomplissent en groupe  dans les conversations et les rires.

 

DSC06540.JPG

 

DSC06539.JPG

 

DSC06572.JPG

 

Chaque famille possède un enclos (on dit une concession) composé d'une barrière circulaire au coeur de laquelle sont érigées plusieurs cases.Nous ne sommes pas vraiment dépaysés par cette organisation de l'espace qui n'est pas sans rappeler nos cours de ferme avec des crêches , des pennti et des laborenn.

 

DSC06551.JPG

 

Les jardins sont défendus des chèvres et des bêtes sauvages par des clotures épineuses.

 

DSC06546-copie-1.JPG

 

Le tas de paille de mil, comme chez nous autrefois, bern foen ha bern kolo.

 

DSC06542.JPG

 

En fait, nous retrouvons, malgré les différences de climat et de culture une civilisation paysanne telle que nous l'avons connue en Bretagne jusqu'à l'époque de notre enfance. Et comme chez nous le français est la langue de l'école pour des enfants dont ce n'est pas la langue maternelle. Nous ne sommes pas restés assez longtemps pour porter un jugement sur l'enseignement, mais le manque de moyens nous parait criant.

 

DSC06587.JPG

 

DSC06591-copie-1.JPG

 

Les méthodes pédagogiques sont une caricature de celles des années 50 : par coeur, répétition, récitation. Savoir lire est un passeport pour devenir fonctionnaire ou chômeur en ville. Il n'est certainement pas question de former des paysans instruits.

Ici comme ailleurs, l'école est un élément de cohésion: musulmans et catholiques, garçons et filles s'y cotoient. Mais dans le village,il n'y a aucun problème de cohabitation.

 

DSC06595.JPG

Publié dans senegal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> j aime pas m 'étalér mais j y aie vécue un certain temps en Afrique équatoriale<br /> <br /> <br />  ( époux  muté en Afrique )<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  bonne journée Alain    Kénavo  .<br />
Répondre
M
<br /> beau reportage sur le sénégal  ou je suis passée  (  Dakar )<br /> <br /> <br />  mais pas APN en c etemps là  , je suis aussi descendue plus bas  ..<br /> <br /> <br />  je vois que les ptites filles portent le voile  ,  pas quand j y suis allée ,  changement de mentalité   maintenant<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  bonne journée pour toi<br /> <br /> <br />  kénavo<br />
Répondre
7
<br /> <br /> Dans ce village, il y avait des chrétiens et des musumans qui cohabitaient en toute amitié. Nulle part nous n'avons senti d'intégrisme. Maintenant, je suis mal placé pour parler de l'évolution<br /> des moeurs, vu que j'y suis allé une seule fois, quinze jours en janvier 2010.<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> Alain<br /> <br /> <br /> <br />