Les Marquises

Publié le par 7jardins

 

Les îles Marquises, situées à 1600 km au nord-est de Tahiti constituent un archipel sauvage de 11 îles, dont 6 sont encore habitées. Iles jeunes à l'échelle géologique, elles sont très montagneuses et ne sont pas entourées de récif coraliens comme les îles de la Société. La grande houle du Pacifique vient frapper directement les falaises.

 

DSC09824.JPG

 

DSC09962.JPG

 

DSC09956.JPG

 

Ces îles ont été autrefois très peuplées. On estime qu'il pouvait y avoir jusqu'à cent mille habitants avant l'arrivée des européens. Comme dans les autres îles de Polynésie, le contact a eu des effets catastrophiques. Ces populations isolées depuis plusieurs milliers d'années n'étaient immunisées contre aucune des maladies que transportaient les visiteurs. A la fin du XIXeme siècle, il restait à peine deux mille habitants.

Ce cataclysme humain, ajouté à la pression du christianisme a rompu la chaine de transmission de la tradition orale. Les marquisiens d'aujourd'hui en sont réduits au témoignage des premiers explorateurs et aux travaux des archéologues pour se réapproprier leur culture. Une culture qui fut extrèmement brillante et complexe et fut sans doute le creuset de celle de l'île de Pâques, comme en témoignent les grands tikis de pierre aujourd'hui abandonnés à la forêt.

Ce qui était négligé, oublié, honni, redevient respectable. Les habitants de ces îles dont le vrai nom était "Te Henua Enana" (la terre des hommes) recouvrent peu à peu leur fierté.

 

 

DSC09831.JPG

 

DSC09835.JPG

 

DSC09829.JPG

 

Les plateformes de pierre, à moitié écroulées et soulevées par les racines des arbres géants ne donnent qu'une piètre idée de ce que pouvaient être les sanctuaires où se déroulaient des cérémonies dont le sens est à jamais perdu. Des sacrifices humains y étaient sans doute pratiqués à certaines occasions ce qui a valu aux anciens marquisiens leur réputation de cannibales. On sait maintenant que les grands banians qui ombragent ces sites sacrés enlaçaient entre leurs racines aériennes les ossements des chefs défunts. Des reconstitutions des bâtiments liés au culte ont été reconstruites telles qu'elles pouvaient être, en bois et en chaume.

 

DSC09767.JPG

 

DSC09774.JPG

 

DSC09778.JPG

 

DSC09782.JPG

 

On découvre un peu partout, dans des endroits inaccessibles au milieu de la forêt des pierres gravées, des pétroglyphes, représentant le plus souvent des animaux marins. La tortue est omniprésente, symbole de la médiation entre le monde marin et le monde terrestre, entre le monde des vivants et celui des ancètres.

 

DSC09790.JPG

 

DSC09793.JPG

Publié dans polynésie

Commenter cet article

viviane 21/12/2012 18:45


un cataclysme humain c'est le mot que j'aurais employée


a force vouloir toit prendre ,tout coloniser enfin s'approprier


ce peuple comme bien d'autre ,ont attrapés aussi toute sorte de maladie


et lareligion  là aussi , il y a eu du mal de fait,que l'ont veuille découvrir d'accord mais que l'ont respecte leur façon de vivre


belles photos  en tout cas !!

monica et la mer 21/12/2012 13:54


merci pour ces  superbes photos


 bonne journée à vous


 kénavo

monique75 21/12/2012 10:29


Bonjour Alain très interessant documentaire, il y a eu beaucoup de pertes humaines dans la découverte de la terre.


bon vendredi bisous monique