Le palais du facteur cheval

Publié le par 7jardins

Je voulais connaitre le facteur Cheval. Comme le douanier Rousseau et le sapeur Camembert, il évoquait pour moi un monde d'insoumission à une époque terriblement conformiste où les dames portaient encore des corsets et les messieurs des canotiers. Je n'ai pas été déçu du voyage.

 

DSC04019.JPG

 

DSC04003.JPG

 

DSC04022.JPG

 

Joseph Ferdinand Cheval était facteur à Hauterive dans la Drome. Fils de paysan, il avait été lui-même paysan, puis boulanger avant d'intégrer l'administration des postes. Sa tournée quotidienne qu'il effectuait à pied comptait trente trois kilomètres. En 1879 lui vint l'illumination. Alors qu'il effectuait sa tournée de facteur, il trébucha sur une pierre qu'il prit la peine d'examiner et qu'il trouva si extraordinaire qu'il décida de l'utiliser pour construire son "palais idéal". Désormais chaque jour il ramassait sur son chemin des cailloux qu'il rassemblait en tas sur le bord de la route et qu'il venait chercher le soir avec sa brouette.

Plus le tas s'agrandissait dans son jardin, plus ses voisins pensaient qu'il était devenu fou. Le soupçon s'aggrava quand il commença à maçonner tous ces cailloux pour en édifier une structure comme on n'en avait jamais vu de mémoire d'homme (et en plus parfaitement inutile, ce qui pour un paysan est le comble de l'absurde)

 

DSC03988.JPG

 

DSC04000.JPG

 

 

DSC03994.JPG

 

Sans se soucier des moqueries, notre facteur continua son dur labeur pendant trente trois ans. Il avait 77 ans quand il se déclara enfin satisfait de son oeuvre. Mais ce n'était pas encore assez ! Comme on lui refusait d'être enterré dans le caveau pharaonique qu'il avait préparé sous son palais, il reprit son travail avec sa fidèle brouette pour édifier au cimetière municipal son propre monument funéraire. Il avait 86 ans quand il le termina, deux ans avant sa mort.

Quand André Malraux, alors Ministre des affaires culturelles demanda le classement du Palais Idéal au titre des monuments historiques, il se trouva (en 1964 !) un haut fonctionnaire pour qualifier l'oeuvre de Ferdinand Cheval d' "affligeant ramassis d'insanités issues de la cervelle d'un rustre".

 

DSC04023.JPG

 

Pour ma part qui suis un peu paysan et un peu maçon, sans vouloir me risquer au dur métier de critique d'art, je peux seulement dire que j'ai eu le souffle coupé en admirant "le travail d'un seul homme" comme se plaisait à dire le facteur. Il a osé briser le carcan du conformisme pour libérer l'énergie créatrice qui bouillonnait en lui. Il lui en a fallu du courage et de la volonté pour affronter les moqueries de ses contemporains pleins de préjugés et pour continuer jour après jour son labeur harassant. Et le résultat est là, cent ans après: une oeuvre surprenante, hors de tous les codes, et d'une beauté stupéfiante.

La magnificence du Cheval architecte nous fera pardonner au Cheval poète les vers de mirliton qu'il a gravé sur tous les murs. Ils ne grandissent pas l'artiste, mais nous révèlent la personnalité de l'homme, comme s'il était encore là pour nous faire visiter son palais idéal.

J'ai aussi une pensée émue pour madame Cheval qui a supporté la monomanie de son mari pendant toutes ces années. Ma douce moitié serait partie en claquant la porte pour beaucoup moins que ça.

 

DSC03991.JPG

 

DSC03985.JPG

 

DSC04016.JPG

 

DSC03995.JPG

Publié dans voyages

Commenter cet article

viviane 12/11/2013 20:35


bonsoir 


vraiement surprise de ce travail minutieux ,de toute façon les artistes ont toujours été considérés comme des "fous" je crois plutôt qu'il avait du génie et je époustouflée de voir tant
d'acharnement devant une telle oeuvre qui a subsistée au temps ,quand ,je sais nous devons pas ,mais je compare le travail de Picasso ,j'aime cent fois mieux celui du facteur cheval son
anti-conformisme me plaît


 


ce haut "fonctionnaire " ne devait rien connaître a l'art car s'en est une d'art


"un ramassis d'assanités issues de la cervelle d'un rustre"


quel pauvre type ce "monsieur",de quoi il était capable lui !!


bref quoiqu'il en soit j'aime ça me songer un peu au Temple d'Angkor question scuplture


 


merci de m'avoir permise de découvrir


 

7jardins 14/11/2013 22:44



Comme quoi l'art n'est pas forcément réservé aux artistes professionnels, heureusement!



Anne-Marie 12/11/2013 09:06


Un endroit qu'il me plairait beaucoup de visiter. C'est vrai qu'il a dû lui falloir un certain courage ( ou un courage certain) pour affronter les moqueries et imposer cette oeuvre
anti-conformiste!

7jardins 14/11/2013 22:46



C'était surement une personnalité hors du commun



almanitoo 11/11/2013 20:31


Le monde d'aujourd'hui aurait encore bien besoin de facteurs Cheval je crois....


Merci pour ce beau reportage plein de fraîcheur et de poésie.

7jardins 14/11/2013 22:48



Je pense aussi qu'on aurait bien besoin d'artistes vraiment non conformistes, ça nous changerait de l'art moderne et des "performances" en tous genres.