Gauguin

Publié le par 7jardins

 

Paul Gauguin est décédé à Atuona en 1903. Seule la mort pouvait mettre fin à sa quête du "sauvage" qui le conduisit de Pont Aven à Tahiti qu'il trouva encore trop occidentalisée, puis finalement aux Marquises. A Hiva Oa, on ne peut pas dire qu'il fut apprécié, tant des rares notables coloniaux réfugiés à Atuona après que le chef-lieu des Marquises,  Taiohae sur l'île de Nuku Hiva, eût été ravagé par une épidémie de variole: les gendarmes, les bonnes soeurs, l'évèque, que des indigènes qui se rendaient compte que ce "popa" (1), qui prétendait parler en leur nom les instrumentalisait sans vraiment les connaître et que son amour du peuple polynésien se limitait aux très jeunes filles.

Après avoir acheté un terrain à l'évèque en se faisant passer pour un honnête catholique (il assista à la messe tous les dimanches jusqu'à la signature de l'acte de vente), il fit scandale en construisant un faré sur pilotis qu'il baptisa "Maison du jouir".

 

DSC00017.JPG

 

DSC00005.JPG

 

DSC00007.JPG

 

La maison actuelle est une reconstitution récente qui fait partie du petit musée Gauguin d'Atuona. Heureusement les panneaux de bois sculptés originaux ont été sauvés par Victor Ségalen et sont aujourd'hui exposés au musée d'Orsay.

A Hiva Oa, il ne reste rien de l'oeuvre du peintre. Pour composer le musée, avec les maigres moyens financiers de la commune d'Atuona, l'idée originale a été de faire appel à des copies exécutées par des peintres amateurs à la place des classiques reproductions photographiques. Le résultat est pour le moins inégal, les copies plus ou moins fidèles, mais cela donne à l'ensemble un petit côté amateur plutôt sympathique.

 

DSC00010.JPG

 

DSC00012.JPG

 

DSC09999.JPG

 

Gauguin dont les toiles sont exposées aujourd'hui dans les plus grands musées du monde est mort dans la misère, rongé par l'alcoolisme et la syphilis alors qu'il venait d'être condamné à trois mois de prison pour avoir insulté un gendarme. Aujourd'hui le lycée de Papeete porte son nom, comme quoi il suffit parfois de mourir pour devenir fréquentable.

Le peintre n'avait gardé dans son atelier polynésien qu'une seule de ses peintures bretonnes : "le village sous la neige", sans doute pour se rappeler le froid, une sensation inconnue dans ces îles.

 

DSC00014-copie-1.JPG

 

DSC09976.JPG

 

(1) Terme qui désigne les européens en langue polynésienne. Littérallement "cuit", en référence à la couleur que prend leur peau sous le soleil des mers du sud.

 

 

 

Publié dans polynésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> Bonjour Alain de belles photos  des tableaux de Gauguin un grand peintre mais un piétre homme!<br /> <br /> <br /> bon lundi bisous monique<br />
Répondre
A
<br /> Le mythe retombe comme un soufflé, comme quoi, en effet, la mort efface bien des travers et rend amésique.<br /> <br /> <br /> Pendant les vacances de Noël, j'ai justement vu au musée d'Orsay les célèbres tableaux de Gauguin dont tu parles...<br />
Répondre