Culture Hmong

Publié le par 7jardins

 

 

 

 

Au cours de leur longue histoire, les Hmông ont accumulé un patrimoine artistique et culturel tout à fait original, riche et varié, qui montre une connaissance populaire de la nature et de la société, et qui exprime leur attachement à la liberté, exalte des sentiments nobles (justice, charité, etc.), glorifie le travail et condamne la paresse, le mensonge, etc.
Ne connaissant pas l’écriture, la littérature des Hmông faisait uniquement appel à la mémoire et se compose de légendes, poèmes, devinettes, proverbes et chants. Certains groupes prétendent que leur mémoire remonte à 30 ou 40 générations, ce qui représente environ 1.000 ans d’histoire.

 

DSC05493.JPG

 

DSC05494.JPG

 

 

 

Dans le domaine de la musique, les instruments utilisés sont les guimbardes, les tambours de peau et les khènes, sorte d’orgue à bouche. Les tambours et les khènes sont utilisés lors des cérémonies (funérailles, mariages), alors que le khène et la guimbarde servent aux garçons dans leurs entreprises de séductions des filles. Les Hmông utilisent le khène suivant un système de codage extrêmement complexe qui rend le décryptage de ce langage musical accessible aux seuls initiés.

 

DSC05492.JPG

 

DSC05499.jpg

 

DSC05500.JPG

 

La danse, exécutée par le musicien lui-même accompagne le morceau de musique joué avec le khène. La danse exécutée dans certaines circonstances peut poursuivre un but bien précis. Certains morceaux joués sur le khène lors des funérailles expliquent à l’âme du défunt le chemin à suivre pour se rendre dans le monde des morts. Le musicien-danseur prend cependant soin de dissimuler le chemin du retour vers le monde des vivants. Dans ces passages, la danse se caractérise par de nombreux changements de direction, afin de bien brouiller les pistes !

Publié dans viet-nam 2012

Commenter cet article

eva 19/02/2012 17:33


C'est un peuple attachant... C'est assez étonnant qu'une civilisation puisse perdurer sans l'appui de l'écriture...

7jardins 19/02/2012 22:52



Pour un breton, cela parait assez naturel : chez nous on a collecté au XIXeme siècle des chants épiques relatant des épisodes remontant au VIeme siècle et transmis de manière totalement orale
pendant plus de mille ans dans une langue qui ne s'écrivait pas. Georges Sand a comparé ces chants à l'illiade.



Glycine blanche 18/02/2012 11:59


Merci de me faire découvrirdes instruments que je ne connaissais pas et de partager des moments bien agréables. Bon WE.

monique 75 18/02/2012 08:39


Bonjour Alain  ces jeunes filles sont très jolies,


très interessant ton article sur leurs coutumes,une musique bien a eux.


bon samedi monique

Monica - entre terre et mer .. 18/02/2012 06:45


trés interessant


j aime bien ce peuple


bonne journée pour toi


 kénavo