Enfin, un jardin !

Publié le par 7jardins

Résumé des épisodes précédents: Il y a un an presque jour pour jour, nous quittions notre maison de Ti Gwenn et son jardin d'Eden ( voir la série "mon jardin cocon") pour nous installer provisoirement pour l'été et l'automne dans un mobil-home sous les arbres avec nos potées et notre pépinière (là, il faut aller voir "prenez ma nouvelle adresse" . )

Après un voyage en Inde qui nous a aidé à passer l'hiver et que je n'ai même pas fini de vous raconter, le printemps a fini par arriver et là il a fallu se retrousser les manches et laisser tomber la souris pour la bêche. Mais le résultat est là: D'une masse informe de tas de terre et de gravats, nous avons réussi a faire germer un jardin.

Enfin, un jardin !
Enfin, un jardin !
Enfin, un jardin !

Et en prime, une nouvelle maison, totalement ouverte sur le jardin. Un jardin qu'on peut voir de son fauteuil, sans avoir à se salir les pieds, c'est bien un truc de vieux, mais ne riez pas trop fort, ça pourrait vous arriver un jour.

Enfin, un jardin !
Enfin, un jardin !
Enfin, un jardin !

C'est un tout petit jardin et par la force des choses, à cause de l'orientation de la maison, il a fallu le diviser en trois : un jardin d'accueil grand comme un mouchoir de poche, mais plein de roses, un long couloir à l'ombre large de tout juste trois mètres traité dans un style japonisant (je vous le montrerai un autre jour, il est encore encombré par mes caissettes de semis) et puis un jardin "secret", cent cinquante mètres carrés de fantaisie et de coups de coeur où chacun de nous deux a mis ce qu'il aimait, sans trop de disputes.

Enfin, un jardin !
Enfin, un jardin !
Enfin, un jardin !
Enfin, un jardin !

Un jardin réalisé en trois mois à partir de rien, ce n'est pas encore un jardin vivant. Heureusement, restait d'un côté une haie libre, plantée il y a dix ans qui donne un fond au jardin et qui abrite les oiseaux. Hormis ces quelques arbustes, tout est tout neuf, issu en partie des boutures de notre ancien jardin et des quelques rosiers transplantés avec succès. Mais bien sûr un nouveau jardin c'est le prétexte à de nouveaux achats : les visites de pépinières, les foires aux plantes, les tentations sur internet... A chaque fois on se dit : il n'y a plus de place, et à chaque fois on craque. Et on déplacera, et on arrachera. Et on créera un autre jardin pour mettre tous ces plants trop serrés.

Enfin, un jardin !
Enfin, un jardin !

Publié dans mon petit jardin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
Grand bravo à tous deux, vous avez été inspirés !<br /> Et oui, je te rejoins : qui dit nouveau jardin, dit foultitude de coups de coeur et parfois d'achats compulsifs...mais bon, c'est tellement difficile de résister ! Et puis il y a toujours la possibilité de remodeler, déplacer, créer de nouveaux massifs... Mon jardin fête son deuxième été, comme chez toi, il n'y avait rien hormis de vieux arbres donc je me reconnais un peu à travers ton témoignage ! Belle soirée !
Répondre
7
Merci de ta visite. Je passe souvent voir ton jardin (virtuellement bien sûr) et je le trouve très riche pour deux ans seulement. Il sera merveilleux avec quelques saisons en plus.