Femmes Indiennes

Publié le par 7jardins

Femmes Indiennes
Femmes Indiennes
Femmes Indiennes
Femmes Indiennes
Femmes Indiennes

La situation des femmes en Inde a beaucoup évolué depuis l'indépendance. Les femmes des castes supérieures y ont beaucoup gagné. Depuis le temps où elles étaient recluses derrière des moucharabieh et contraintes de se jeter sur le bûcher de leur mari défunt, que de chemin parcouru!  Aujourd'hui les filles de la bonne société font de longues études, mais les mariages arrangés sont encore courants et en tous cas il n'est pas question de se marier hors de sa caste et encore moins sans l'accord des parents. Et si les jeunes femmes travaillent souvent avant le mariage, il est inconcevable qu'elles ne se consacrent pas exclusivement à leur foyer quand elles ont des enfants.

Femmes Indiennes
Femmes Indiennes

Pour celles des castes inférieures rien n'a vraiment changé. Condamnées aux travaux les plus durs, aux corvées de bois et d'eau, elles ont néanmoins bénéficié du plannig familial. L'école est obligatoire et les jeunes filles peuvent espérer une vie meilleure que celle de leur mère.

Femmes Indiennes
Femmes Indiennes
Femmes Indiennes

 

Nous avons pu visiter deux structures qui oeuvrent à la promotion des femmes indiennes. La première est une ONG internationale "Barefoot". Basée dans un petit village du Rajasthan, elle forme des femmes du monde entier, illéttrées pour la plupart, pour en faire des techniciennes en maintenance de panneaux solaires.

Femmes Indiennes
Femmes Indiennes
Femmes Indiennes

Une petite coopérative, dans un autre village, est née de l'initiative d'un petit maharajah ayant comme tant d'autres transformé son palais en hôtel. Il a fondé dans ses dépendances un lieu où les femmes viennent vendre directement aux touristes les objets qu'elles fabriquent. Elles y suivent également gratuitement des cours d'alphabétisation.

Femmes Indiennes
Femmes Indiennes
Femmes Indiennes
Femmes Indiennes

Publié dans Inde, voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article