Mostar

Publié le par 7jardins

Maudite soit la guerre !

Mostar était une ville où des gens d'origine et d'histoires diverses arrivaient à vivre en paix jusqu'au jour où des imbéciles qui confondaient la fidélité à ses racines et le mépris pour ceux qui en ont d'autres ont réveillé une guerre des clans. Il n'y a rien de plus stupide qu'une guerre des clans car chacun se trouve prisonnier de ses origines sans pouvoir reconnaitre les valeurs de l'autre, sous peine d'être accusé de trahir les siens.

Mostar

Le pont qui reliait les quartiers chrétiens et musumans a été dynamité, comme si en détruisant un symbole on pouvait mettre fin à des siècles de cohabitation. Plus de vingt ans ont passé et beaucoup d'eau dans le lit de la Neretva. Le pont a été reconstruit, trop neuf, trop lisse. Les affaires ont repris et les touristes se massent toujours plus nombreux.

Mostar
Mostar
Mostar
Mostar

La guerre est devenue un argument commercial supplémentaire. Quoi de plus vendeur que de faire visiter le lieu du crime. Les murs portent toujours ostensiblement les stigmates des combats. N'importe où ailleurs en vingt ans on aurait reconstruit les maisons détruites. Ici on laisse les ruines au milieu de la ville pour bâtir plus loin. Dans certaines rues la vie n'a toujours pas repris.

Il y a quoi s'inquiéter sur la volonté des dirigeants de tourner la page.

Mostar
Mostar
Mostar
Mostar

Publié dans voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
la guerre est le fléau des humains. Des humains qui n'arrivent pas à vivre en semble à cause de religieux imbéciles !!!! les stigmates de la guerre ne s'effacent pas si facilement ... la fureur des bombes a laissé la place aux touristes !!! le calme est revenu et la beauté du site n'a pas perdu son charme ...
Répondre
V
il est tard ... je voulais dire ensemble !!!
V
belle ville! en Croatie, j'en ai pleuré en voyant dans la campagne ces maisons détruites ou criblées de balle...
Répondre
Y
Don't forget 93 ! Certainement que beaucoup ne vont pas oublier.<br /> Bon dimanche Alain!
Répondre