Les racines du ciel

Publié le par 7jardins

C’est un spectacle saisissant que celui de cette forêt de géants de grès qui s’élève au dessus de la plaine de Thessalie. Dès le Moyen-âge des ermites commencent à s’installer dans les grottes presque inaccessibles qui parsèment les flancs des pitons. Puis de puissants donateurs permettront d’édifier de riches monastères perchés au sommet des rochers sacrés, véritables nids d’aigle. De la vingtaine d’édifices construits au XVème siècle, il en reste six encore debout et habités par une poignée de moines et des moniales.

Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel

Ces monastères suspendus, malgré les pillages et les outrages du temps recèlent de véritables trésors artistiques. Agios Nikolaos, épousant les contours d’un sommet tourmenté, semble jaillir de la roche. Les fresques qui décorent son église sont dues à Théophane le crétois. Ce moine du Mont Athos a donné ici le meilleur de son art. Tournant le dos à la rigidité de l’art byzantin, il développe une peinture d’une élégante simplicité, pleine de détails pittoresques évoquant l’école italienne et qui par certains aspects préfigure Jérome Bosch. Son jugement dernier sera repris et copié avec plus ou moins de bonheur dans d’autres églises des Météores.

Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel

Il est bien loin le temps où les moines devaient être hissés et ravitaillés par un treuil et une nacelle. La cité du ciel, inscrite au patrimoine mondial est desservie par une excellente route qu’empruntent chaque jour des milliers de touristes. Il y avait ce jour là dix cars des croisières Costa, plus un nombre incalculable de tour opérateurs, sur le site. Les sanctuaires les plus faciles d’accès sont pris d’assaut dès neuf heures du matin. Au-delà de cent marches on commence à respirer un peu mieux. L’ancien chemin qui monte parmi les ravins, ombragé par une forêt platanes, est heureusement totalement désert.

Devant cette foule bigarrée , originaire de tous les continents, mais unie par la pratique du selfie et la fierté d’avoir « fait » la Grèce, je médite cette parole de l’évangile : « Il ne faut pas jeter les perles aux pourceaux »

Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel
Les racines du ciel

Publié dans voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
étonnant et magnifique! comment ont-ils construit ça...
Répondre