mon jardin secret (2)

Publié le par 7jardins

Il y a deux données à priori incontournables à respecter pour créer un jardin: le sol et le climat. On peut toujours améliorer un sol en surface, on ne modifiera jamais, à moins de travaux pharaoniques, sa nature profonde. Quant au climat, il faut bien s'y adapter.

En dehors de ça notre liberté de création est totale. Tous les styles sont possibles à condition de choisir les plantes qui s'adaptent à la terre et au climat.

.

Le bassin à Tigwenn

Le bassin à Tigwenn

Quand j'ai planté mon premier jardin en 1971, je crois que je n'avais jamais encore observé de près un jardin digne de ce nom. Mon expérience se limitait au potager familial qui n'avait rien de décoratif. Ce premier jardin était simplissime: quelques mètres carrés de pelouse autour de notre maisonnette de jeunes mariés avec un dallage de pierres devant la porte et un bouleau près du vieux puits. Tout est toujours en place aujourd'hui, mais nous avons déménagé plusieurs fois depuis.

En 1976, juste après la grande sécheresse, J'ai commencé mon deuxième jardin, beaucoup plus ambitieux. En y repensant aujourd'hui, je m'interroge sur la façon obsessionnelle dont je reproduis éternellement le même schéma : Au fond un rideau d'arbres et d'arbustes en demi lune qui estompe les limites et arrondit la parcelle, au centre une grande pelouse avec un bassin en pierres rappelant les lavoirs de nos grand-mères.

Le bassin à Kervouroc

Le bassin à Kervouroc

Depuis, j'ai visité beaucoup de jardins (surtout depuis que je suis en retraite) J'ai beaucoup lu, beaucoup réfléchi. Je n'ai toujours pas choisi un style. Je copie souvent un détail, une association de plantes, une scène. A Ti Gwenn, commencé il y a plus de dix ans, je suis resté assez fidèle à mon premier plan. Chez ma fille à Kervouroc, avec deux hectares, j'ai du m'adapter, mais on retrouve le rideau d'arbre et le bassin (avec un étang en prime). A croire que je suis fasciné par l'eau

l'étang et la rivière à Kervouroc
l'étang et la rivière à Kervouroc
l'étang et la rivière à Kervouroc

l'étang et la rivière à Kervouroc

Publié dans rêveries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Bonsoir je suis ravie d'être arrivée ici dans ces jardins , j'aime beaucoup la première image elle est apaisante c'est joli tout simplement on s'y sent bien je crois ... bravo pour votre travail je vais me promener sur d'autres articles publiés ...nath
Répondre
A
En Région Parisienne, la plupart du temps nos jardins sont grands comme des mouchoirs de poche. Le mien est assez &quot;profond&quot; mais tout en longueur. Je rêve devant tes aménagements, difficilement applicables ici cependant...Et je suis, je l'avoue, une piètre jardinière!<br /> Tous mes voeux pour 2015 Alain!
Répondre
A
L'essentiel dans un jardin, c'est de s'y sentir bien. On peut faire de très belles choses avec peu d'espace. Bon réveillon et bonne année 2015.
V
ce qui l'on ne pense pas toujours quand on achète une maison, c'est de regarder la terre du jardin ... mais l'on n'est pas forcément jardinier à ce moment là ... je pars du principe, que je n'accueille pas de plantes qui soient inadaptées à ma terre et à ma région à part des agapanthes que je cultive en pot. Un plan d'eau est un endroit indispensable dans un jardin, il apporte une paix et une faune qui ne viendrait pas aussi nombreuses s'il n'était pas là. Mais attention aux hérons, ils adorent ça aussi. Pourquoi n'avoir qu'un style !!! il est assez facile de changer d'univers, la palette des couleurs, les associations et le choix des plantes offrent un moyen de le faire à l'infini ... je pense qu'il faut une dizaine d'années pour que le jardin donne tout son potentiel. Je suis assez &quot;cocon&quot;, j'aime les coins d'ombre, les chemins qui serpentent. La plantation d'arbres de fond est bonne solution, mais attention à ne pas supprimer un beau paysage sur la nature environnante, il est le prolongement de son jardin ... Bon réveillon et à l'année prochaine
Répondre
A
Je suis bien d'accord avec toi: il faut que les plantes soient adaptées à la terre dont on dispose (et au climat) Mais il y a tant de paramètres qu'on a parfois des surprises, bonnes ou mauvaises.Le héron, c'est un bel oiseau tant qu'il ne vient pas pêcher chez nous. Ce n'est pas tant ce qu'il attrape si on a des refuges pour les poissons que la panique qu'il crée. Pour les arbres, ici à la pointe de Bretagne, c'est une necessité: 15 jours à plus de 120 à l'heure l'année dernière. Il faut choisir :les arbres ou la vue.<br /> Merci pour ce commentaire et bon réveillon.